Architecte-urbaniste de renom, Gérard Pénot a fondé, en 1980, l’Atelier Ruelle, agence regroupant urbanistes, architectes et paysagistes. Privilégiant des démarches urbaines sur le long terme, il travaille, depuis ses débuts dans les années 2000, sur le Programme de renouvellement urbain du quartier du Vert-Bois. Récompensé en 2015 par l’attribution du très prestigieux Grand Prix de l’Urbanisme, Gérard Pénot porte son attention sur la qualité et la durabilité des espaces du quotidien.

Comment envisagez-vous votre rôle d’architecte-conseil ?

Permettez-moi un correctif : je suis avant tout urbaniste, plutôt qu’architecte ! Je fais cette précision car l’architecte a plutôt tendance à dessiner et à être dans la forme des choses alors que l’urbaniste s’intéresse aussi à la manière dont on peut fabriquer, enrichir une ville… non seulement dans sa forme, mais également dans ses usages. Toutes les villes ne sont pas semblables les unes aux autres. Elles ont toutes des particularités physiques et surtout sociales. Une ville c’est avant tout une population, et une population particulière selon le lieu.

A Saint-Dizier, pour proposer des modifications, j’essaie de comprendre la forme de la Ville ; qui sont ses habitants comme ses forces économiques. Car, si l’on reste dans des modifications strictement de formes, le risque est de ne pas épouser ce qui est attendu par les habitants… ce qu’ils attendent ce sont les plaisirs qu’ils peuvent trouver en ville ? Si je fréquente un centre-ville, c’est parce que j’y ai un intérêt. La première question que l’on doit alors se poser concerne ce qui fait l’attrait (ou pas !) de cette ville ? Ce qu’elle a peut-être perdu ? Ce qu’il faudrait développer ? Car la société évolue et en 2019 nous ne sommes plus en 2000 et encore moins en 1980… La ville c’est une transformation constante, sur le long court, avec les évolutions et les fragilités que chacun connait.

Quelles sont les grandes lignes directrices de la redynamisation du centre-ville de Saint-Dizier ?

Il peut y avoir des particularités, mais je dirais qu’à Saint-Dizier c’est un peu comme beaucoup d’endroits en France. Comme un certain nombre de villes de même taille et éloignées des grandes métropoles, Saint-Dizier a actuellement des difficultés à être dans une dynamique très forte.

La redynamisation passe alors plutôt par l’image que l’on a de soi-même. Etre fier de soi, c’est important pour tout le monde. Pour être fier de soi, il faut avoir plusieurs choses. Tout d’abord, être une ville qui apporte des services que l’on a envie de fréquenter. Il faut amener du commerce et le maintenir … Il faut des activités culturelles, des activités sportives… c’est ce qui fait que Saint-Dizier peut représenter, non seulement pour ses habitants mais aussi pour ceux qui sont autour, le désir de venir. Mais cela ne suffit pas, il faut que ce soit pratique d’accès et que la ville suscite l’envie de se promener. Si je vais en ville, c’est aussi pour m’y promener, rencontrer du monde, voir des choses qui m‘interpellent.

A Saint-Dizier nous avons un centre-ville ancien et un territoire particulier avec la Marne et le canal. Dans le secteur du canal, il y a déjà le cinéma et le centre nautique où l’on peut développer des promenades. Ce qui est intéressant c’est qu’initialement Saint-Dizier était une « ville-rue » avec la nationale 4 qui traversait le centre-ville et une composition linéaire qui concentrait tout. Maintenant nous avons une ville beaucoup plus étoffée entre le Canal et la Marne et nous pouvons parcourir la ville différemment.

Le développement du centre-ville doit associer, à la fois, les caractères propres du centre-ville et les singularités du paysage, des promenades sur la Marne au canal, en révélant un certain nombre de qualités. Ainsi l’attrait du canal, du cinéma, du centre nautique, se prolonge vers le nouveau marché. Puis, ensuite le château peut devenir un musée. Nous pouvons poursuivre encore, avec un grand parc qui se développerait au pied du château. Les remparts sont là, et au pied des remparts les espaces déjà aménagés peuvent encore s’enrichir avec ce « grand parc » du centre-ville. Parc qui sera en contact avec la Marne et ses promenades.

L’idée à Saint-Dizier, plutôt particulière, est de pouvoir associer la ville ancienne et le développement de nouvelles activités à un site à la fois fluvial et naturel qui traverse la ville. Cette idée doit imprégner la ville et ses projets pour donner une qualité particulière que l’on ne va pas retrouver ailleurs.